Melvin Sokolsky - Flower Girl faces, Paris, Harper's Bazaar 1963

€0

ⓘ Une question? Contacter un de nos experts

Titre : Melvin Sokolsky - Flower Girl faces, Paris, Harper's Bazaar 1963

Technique : Tirage argentique signé au dos

Dimension : 76x76 cm

Edition : Edition limitée à 25 exemplaires

Certificat : Un certificat d’authenticité signé par l’artiste est délivré

Prix: Sur demande

Biographie de l'artiste :

Melvin Sokolsky est né et élevé à New York en 1933 ou il débute sa carrière en tant que photographe de nature morte.

Il débute sa carrière chez Harper’s Bazaar en 1959 à l’âge de 21 ans.

Le travail de Melvin est particulièrement influencé par l’art : les surréalistes Paul Delvaux, Salvador Dali, Francis Picabia et les maîtres flamands tels que Jan Van Eyck,Rogier Van der Weyden, Jérôme Bosch et Pieter Brueghel. Comme dans la peinture de Balthus, il s’intéresse au mouvement du corps sous les vêtements, à la femme devant l’objectif plutôt que la mode.

La série ''Women in Bubble''réalisée lors des collections printemps à Paris en 1963 pour Harper's Bazaar est l’une de ses plus célèbres réalisation. L’inspiration lui vient du souvenir d’un tableau de Jérôme Bosch,''Le jardin des délices'', dans lequel on peut observer des personnages dans des bulles transparentes. Il ne reste plus qu’à trouver les astuces pour que la magie opère. Melvin se rend à Long Island pour faire fabriquer les bulles en plexiglas par des ingénieurs en aéronautique, des sphères de plastique jointes en laissant suffisamment d’espace entre les deux parties pour pouvoir laisser passer l’air. Le système de charnières, s’inspire des œufs de Fabergé avec des articulations situées sur le haut de la bulle afin de permettre un accès facile au mannequin. Les bulles sont suspendues à une grue par des câbles d’aéronef dont il fait disparaître la trace en grattant le négatif de la pellicule créant l’illusion parfaite.

Du côté du casting, il s’agit de trouver des modèles qui supporteraient d’entrer dans la bulle sans paniquer ni souffrir de claustrophobie et c’est naturellement vers son modèle fétiche, Simone d’Aillencourt que le photographe se tourne.

Bulles en plexiglas dérivant sur la Seine, modèles devenues minuscules en les plaçant à côté de meubles gigantesques -référence à Alice aux pays des merveilles, mannequins en lévitation, mobilier fixé au plafond renversant l’apesanteur et nombreux portraits de célébrités sont autant de clichés qui ont marqué l’histoire de la photographie.